Le sexe, entre tabou et fausse pudeur.

0
282

L’islam, contrairement à l’opinion générale, ne connait pas de tabou. Dieu le-très-Haut nous dit dans son livre :  « Et il ne vous a pas mis de gêne dans la religion » s22 v78. Le sexe ne fait pas exception à la règle. Il ne sert à rien de se réfugier derrière de fausses pudeurs. L’attitude de certains qui, malgré leur appartenance à l’islam, jugent au sein de leur foyer le mot « sexe » prohibé est absolument incompréhensible. En estimant le sujet tabou et honteux dans le cadre familiale, ils laissent leurs enfants assouvir leurs curiosités entre amis, ou en se référant aux médias ou encore à internet. Pourtant ils ne sont pas moins concernés que les adultes. Par ailleurs à terme, cette situation de frustration peut être à l’origine des formes d’excès que l’on retrouve chez l’adolescent.

L’islam parle de sexe.

Le sexe est l’un des nombreux thèmes traités par le Coran et la sunna en toute objectivité et pudeur. Dieu nous dit dans son livre : « Elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elles… Cohabitez avec elles et recherchez ce qu’Allah a prescrit pour vous » S 2 V 183, V187 ou encore : « Vos femmes sont pour vous une terre labourée, allez comme vous voudrez à votre labourage » S2 V223.

Le Prophète, quant à lui, avait pour habitude de dire à ses compagnons : « lorsque vous souhaitez avoir des rapports avec vos épouses ne soyez pas tel l’âne » el Hakim autrement dit ne soyez pas comme ceux qui ne s’adonnent à aucune forme de préliminaires. Comme le précise également le Coran lorsqu’il dit : « adonnez-vous aux préliminaires » s2 v223. Toutefois, l’islam régit la sexualité par des règles bien précises.

En effet, l’islam est contre toutes relations hors union maritale. Ceci afin de préserver l’éthique, la fidélité et de garantir l’identité génétique de tout individus. Il ne peut donc y avoir de rapports qu’entre l’homme et son épouse, dans le respect des recommandations divines :  « Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez » s.2 v223. Dans un autre verset, Il dit : « Lorsqu’elles se seront purifiées alors approchez-les comme vous l’a ordonné votre Seigneur » s.2 v222. A l’inverse des autres religions, le non-épanouissement sexuel peut être avancé comme motif valable de divorce, dans le cas où il n’y aurait plus de symbiose autour de l’activité sexuelle du couple et ceci pour diverses raisons. Il est rapporté d’après l’imam Tirmidhi dans son recueil de hadiths qu’une femme a demandé le divorce car son conjoint ne parvenait pas à lui apporter la jouissance dont elle avait besoin. Selon elle, il avait une micro-verge et le Prophète, paix et salut sur lui, accepta sa demande.

Le mariage de jouissance.

Cette forme de mariage diffère de l’union islamique sur un seul point à savoir qu’elle est contractée pour une durée déterminée dans le seul but d’assouvir ses désirs sexuels. Certains peuples avaient pour habitudes lors de leurs différents voyages et déplacements de se marier temporairement selon la durée de leur voyage. A l’avènement de l’islam, cette pratique n’a pas été prohibée afin de ne pas heurter les sensibilités des tribus qui venaient tout juste d’embrasser l’islam et qui n’avaient ni la force ni la retenue face aux pulsions sexuelles. Puis cette pratique a été abrogée par le Prophète (psl) qui dit: « O les hommes ! Je vous avais autorisé le mariage temporaire et Allah a désormais interdit cela jusqu’au Jour de la Résurrection »Muslim.

Chères lectrices, chers lecteurs, le but de cet article visait à démontrer qu’il n’est pas nécessaire de se défaire de sa foi pour vivre sa sexualité, ni de faire abstraction de celle-ci pour s’épanouir dans sa foi. Les hommes se porteront, sans doute mieux, le jour où ils comprendront que la foi n’est point une entrave à la vie mais plutôt un garant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here