VOLONTÉ DE TRIVIALITÉ ET DEVOIR DE RESPONSABILITÉ

0
73

[18:41, 1/1/2019] pape diakhite: Par Pape DIAKHATE

Et si les candidats à la présidence du Sénégal s’engageaient à extirper désormais des moeurs politiques certaines pratiques prédatrices consistant à user d’artifice pour faire croire à quelque chose qui n’est pas ? C’est la dernière visite dite économique du Président Sall à Louga qui autorise pareille interrogation. S’il n’est pas lui-même animé d’une volonté de tromper son monde, qu’il sache que tout autour de lui ne travaille qu’à cela. On ne peut même plus douter de sa complicité si l’on considère quelques jours auparavant quand Farba Ngom, en éclaireur chargé d’enveloppes de billets de banque, était venu les partager aux diverses sensibilités pour préparer l’accueil. Un Président digne de ce nom doit pouvoir dire stop à cela, et affronter tout naturellement son peuple qu’on ne peut accuser d’être à la solde de qui que ce soit. Il reste le meilleur baromètre pour jauger de l’impact d’une politique. Les foules..
Les foules massives et déferlantes sous Diouf (Fil mokk na) et Wade (Fil gnoko moom) devraient finir de convaincre sur une certaine theatralisation de la politique faite de maquillage et de mise en scène.
Pour une visite économique sensée se faire sans folklore ni superficialité, on repeint les murs de la Gouvernance la veille de l’arrivée du Président. Entre 3000 et 5000 francs par tête distribués dans les quartiers pour remplir les cars de l’accueil avec ces « acquis à la cause du Président ». Qui trompe t- on ? Le comble, dans la revue de presse du lendemain, c’est une fenêtre de tir ouverte pour un tel qui aurait réitéré sa force de frappe en terme de capacité de mobilisation. N’est ce pas bien dommage, quand on sait que tous les moyens investis futilement et inutilement pour la circonstance pouvaient aider à régler quelques problèmes auxquels les populations sont quotidiennement confrontées ? Nos acteurs politiques ont le devoir impérieux de se réconcilier avec le sens …..
le sens de la réalité.
C’est connu, le paraître est un mal bien sénégalais. Au moment où l’époque suggère la remise en question comme impératif de progrès, on en est encore à des trivialités que des candidats au service du pays se font maître dans l’art d’entretenir malheureusement.
Un fait s’est passé lors de la réception du Président au Ranch Djibo Leyti Ka de Dolly. Présentant ses condoléances à l’entame de sa communications, relative ment aux quatre morts par renversement d’ « Opouya » (Véhicule L 200 exponentiellement surchargé), une foule de transportés s’est mise à applaudir. Comme si la prononciation par le Président des noms d’Aly Ngouille Ndiaye (ministre de l’intérieur) et Samba Ndiobel Ka (DG de la Saed) prenait le dessus sur les pauvres morts qui, pourtant, venaient aussi assister au nouveau baptême du ranch.
S’il y’a une autre incongruité laissée par la visite du Président, c’est aussi les trente millions à distribuer par le Gouverneur aux religieux. C’est encore le
C’est encore le grognement face à la sentence de l’autorité selon laquelle cet argent n’est pas seulement pour Louga, mais aussi pour Kebemer et Linguere.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here