La Fondation Sonatel poursuit son projet «Village» au grand bonheur des populations sénégalaises. En effet, après Thicatt Ouolof en 2015, Sob 2 en 2017 et Mbakhna en 2018, elle a réalisé des infrastructures modernes de développement à Sarème, village enclavé situé dans la commune de Touré Mbonde (département de Diourbel). Il s’agit, de plusieurs infrastructures de santé, d’éducation et de développement durable dont la cérémonie d’inauguration s’est tenue, ce jeudi 23 mai 2019. Une rencontre que Ndèye Tické Ndiaye Diop, ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications, a présidée en compagnie notamment, de son collègue Dame Diop, ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat, de Sékou Dramé, Directeur général et président du Conseil de Fondation Sonatel, de Serigne Mame Mor Mbacké, entre autres.

«Un poste de santé, une école, un Daara… pour une enveloppe de 250 millions»

A travers ce projet de développement, la fondation Sonatel a mis à la disposition des populations de cette localité en zone rurale des infrastructures de base dont le coût global est estimé à 250 millions de francs Cfa. Un montant entièrement financé par la fondation Sonatel pour les aider à «surmonter les difficultés d’accès aux besoins de base et participer en même temps au développement socio-économique de la commune de Touré Mbonde, qui polarise 42 villages où vivent plus de 16 000 âmes.

Ces infrastructures inaugurées à Sarème intègrent plusieurs volets. Pour l’éducation, le projet a construit et équipé complètement une école élémentaire. Il a aussi mis à la disposition des élèves une salle polyvalente pour servir de bibliothèque et d’espace numérique, des latrines, d’un mur de clôture, aménagé la cour intérieure de l’école en aire de jeu, espaces verts, et zone de maraîchage. Le projet a également réhabilité, équipé et mis aux normes le Daara de 4 classes qui existe dans la zone.

Sur le plan de la santé, la fondation Sonatel a construit un nouveau poste de santé entièrement équipé et accompagné d’un logement pour l’infirmier chef de poste. Ce poste de santé intègre une salle d’observation, une salle de soins, un bureau pour l’Infirmier chef de poste, une pharmacie, une salle d’accouchement, une salle de pré-travail, un magasin, un hall d’attente et des salles d’eau.

Concernant le volet eau, ce projet «Village» de la fondation Sonatel a réalisé dans cette école élémentaire de Sarème un puits pour accompagner les activités liées au concept «Ecole Verte», qui a évolué en «Village Vert».

Et enfin pour le volet électricité, le projet a doté d’une installation de panneaux solaires pour l’alimentation en énergie du poste de santé, l’école et le Daara de Sarème.

A ces réalisations, s’ajoutent plusieurs autres activités mises en place autour de la sensibilisation et la culture environnementale mais aussi, des activités génératrices de revenus qui tiennent compte des habitudes et des centres d’intérêt des populations de Sarème.

Ainsi, pour mieux accompagner les habitants de la commune, le projet a également inclut un concept «Ecole Verte» devenue «Village Vert». Lequel est redéployé dans le but de «responsabiliser davantage les élèves et de leur faire comprendre l’importance et l’intérêt de la préservation de l’environnement pour un meilleur avenir autour d’activités comme le maraîchage, la plantation d’arbres fruitiers et d’autres arbustes».

Selon le bienfaiteur, ces nouvelles installations à Sarème viennent ainsi pallier le manque de structures de base dans la commune. En effet, elle ne disposait que d’«une école d’une centaine d’élèves dans 4 salles, dont une seule fonctionnelle, en mauvais état sans clôture, sans bloc sanitaire, ni électricité. Enclavée, la structure de santé la plus proche est située à 4 kilomètres de Sarème qui n’avait pas également accès à l’eau».

Le village abritait également un Daara de 4 salles de classes dans «un état de vétusté totale» et de 2 abris provisoires qui comptent 129 apprenants dont 48 filles, 4 professeurs en arabe et un en français, avec du «matériel insuffisant».

«Plus d’un milliard de francs Cfa investis en 4 ans»

Depuis 2015, la Fondation Sonatel a investi plus d’un milliard de francs Cfa pour «contribuer à l’émergence de plusieurs localités rurales» à travers ces projets «Village». Et par ces réalisations, elle réaffirme son engagement pour «l’amélioration des conditions de vie des populations par l’accès aux infrastructures de base dans les zones difficiles».

«Amélioration des conditions de vie des populations»

A travers ce geste, la ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications, Ndèye Tické Ndiaye Diop, note que la Fondation Sonatel s’est engagée à participer «au développement économique et social du pays par l’accompagnement du gouvernement dans ses différents programmes en faveur des localités enclavées». Selon elle, ces infrastructures vont «contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations de Sarème et des villages environnants». Sur ce, elle a félicité au nom du Chef de l’Etat, la Sonatel pour «toutes ses bonnes actions entreprises» en termes de Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse). 

Le Directeur général de Sonatel, Sékou Dramé, pour sa part, a souligné l’engagement sociétale de son groupe à travers la responsabilité sociétale et environnementale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here