Accusée d’être aphone à l’instar des autres alliés de la mouvance présidentielle depuis l’éclatement du scandale pétrolier au Sénégal suite aux révélations de la BBC, la Ligue démocratique (LD) plaide non coupable. Dans cet entretien accordé à Seneweb, leur porte-parole, Moussa Sarr a soutenu qu’il « faut une exigence de transparence dans la gestion des ressources naturelles ». Egalement, il souhaite que « la justice ira jusqu’au bout afin que les Sénégalais soient édifiés sur cette affaire ».

Depuis les révélations de la BBC sur les transactions financières sur le pétrole et le gaz au Sénégal, les alliés de la mouvance présidentielle sont restés aphones. D’aucuns même soutiennent qu’ils ont lâchés Macky Sall face à cette situation. Que répondez-vous ?

Ce n’est pas juste de soutenir ce point de vue. Au niveau de la Ligue démocratique (LD), nous sommes dans la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) et nous avons toujours participé à toutes les réunions qui élaborent des prises de position au nom de BBY. Je suis le porte-parole de la LD. À ce titre, j’ai assisté à la réunion de la cellule de communication de ladite coalition, le vendredi dernier au siège de l’Alliance pour la République et cela nous a permis d’avoir une position bien précise. De plus, nous avons tenu un panel, le dimanche 9 juin pour échanger sur le reportage de la BBC. Pour dire, qu’en ce qui concerne la Ligue démocratique, ses responsables notamment moi, le porte-parole, j’ai été à toutes les rencontres BBY qui avaient comme menu sur cette question.

Quelle est la position de la LD sur cette affaire dans lequelle est cité le frère du président de la République ?

L’affaire a éclaté la semaine dernière et la Ligue démocratique a une position bien précise. Premièrement, nous réaffirmons notre exigence de transparence dans la gestion des ressources naturelles. Deuxièmement, nous nous sommes félicités de la saisine du procureur près la Cour d’appel par le ministre de la Justice. Nous sommes dans un Etat de droit et nous avons toujours pensé que quand une affaire de ce genre éclate, la justice doit réagir. Maintenant que le parquet a été informé, nous espérons que la justice ira jusqu’au bout et que les mis en cause auront la possibilité d’être attraits devant un juge pour éclairer la lanterne des Sénégalais. C’est pourquoi la Ligue démocratique exige que le peuple soit édifié sur ce problème.

Le garde des Sceaux, ministre de la Justice a saisi le procureur général près la Cour d’appel de Dakar plutôt pour traquer les taupes que pour ouvrir une enquête sur le scandale pétrolier…

(Il coupe). Ce n’est pas seulement pour traquer ceux qui ont publié le rapport de l’Inspection générale d’Etat (IGE) sur le Net. Le parquet a été saisi également sur les allégations du reportage de BBC. Et même si, il a été saisi à propos du document de l’IGE, ce rapport parle déjà des contrats pétroliers. C’est dans ce sens que le procureur va faire une conférence de presse demain (mercredi).

Que pensez-vous de l’enquête de la BBC ?

Pour moi, c’est une enquête à charge. J’ai vu le reportage mais je pense que la règle élémentaire du journalisme aurait voulu qu’on donnât la parole à toutes les parties prenantes pour dire les mis en cause. C’est ça le principe élémentaire ! Il aurait fallu donner la parole à Aliou Sall, même si je crois que ses avocats ont parlé mais aussi aux représentants légaux de l’Etat du Sénégal parce que ce dernier est également incriminé. Ça, je ne l’ai pas suivi dans le documentaire. J’ai noté dans ce reportage qu’on a donné la parole à des opposants à savoir Ousmane Sonko, Abdoul Mbaye et Mamadou Lamine Diallo. La question que je me pose est qu’est ce qui a guidé le choix sur ces trois personnes. Est-ce que ces hommes politiques ont été impliqués dans l’élaboration des contrats pétroliers ? Est-ce qu’ils sont des experts dans le pétrole ? Bref, à quel titre Mamadou Lamine Diallo, Ousmane Sonko et Abdoul Mbaye sont intervenus dans le reportage ?

Pourtant, il a été mentionné dans l’enquête qu’ils sont des responsables politiques de l’opposition…

Mais, ils ne sont pas les seuls opposants politiques. C’est-à-dire que la question que j’aurai voulu poser à la BBC, est pourquoi on n’a pas pris Idrissa Seck ou encore d’autres hommes de l’opposition ?

« Si le rapport de l’IGE a été commandité en 2012 et n’a pas été reçu jusqu’à 2019, cela pose problème »

Est-ce que ce n’est pas le fait que ce sont eux qui sont toujours montés au créneau pour dénoncer les transactions financières dans les contrats pétroliers ?

Voilà, il faut se demander pourquoi ce sont ces trois hommes politiques de l’opposition qui ont l’habitude d’en parler et non pas les autres. Quels intérêts ont-ils dans ces contrats pétroliers ?

En fait, après le reportage de la BBC, Ousmane Sonko a déclaré qu’il n’y avait rien de nouveau à part les chiffres. Est-ce que ce n’est pas le fait que ce sont eux qui détiennent de solides informations sur cette affaire ?

Non ! Il y a des choses nouvelles sur ce dossier. De toute façon, au niveau de la LD, nous sommes dans la coalition BBY, on participe aux réunions. La coalition a fait une sortie et quand elle se prononce, elle engage l’ensemble des parties prenantes.

La sortie médiatique d’Aliou Sall n’est-elle pas prématurée ?

Je ne peux pas me prononcer à sa place. C’est lui qui a jugé nécessaire de faire face à la presse pour s’expliquer et se défendre, le même jour. Je ne suis pas son porte-parole encore moins un membre de sa cellule de communication. Je suis membre de la cellule de communication de la coalition BBY. Je donne mon point de vue par rapport à cette entité.

Revenons sur le rapport, ne semble-t-il pas bizarre que le rapport de l’IGE soit prêt depuis 2012 et qu’il n’a pas toujours été présenté au Président de la République ?

J’attends l’aboutissement de l’instruction de cette affaire pour me prononcer sur cet état de fait. Car, je n’ai aucune information là-dessus, j’ai juste entendu à travers la presse que c’était depuis 2012 et que jusqu’à présent le Chef de l’Etat ne l’a pas reçu.

Elhadji Hamidou Kassé l’a même confirmé…

Oui, lui c’est le ministre en charge de la communication du président de la République. Il a peut-être des informations que les autres n’ont pas. Si le rapport a été commandité en 2012 et n’a pas été reçu jusqu’à 2019, cela pose problème. Mais attendons l’issue de cette enquête pour nous faire une religion sur ce dossier. Nous sommes devant une affaire où la justice est saisie, faisons confiance aux hommes de droit. Que la justice fasse son travail et c’est cela qui va nous permettre de donner des points de vue justifiés. C’est mieux que de faire des spéculations sur ce sujet.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here